Le Syndicat du Crime

by - avril 30, 2013


Avant même de connaître le succès qu'il a connu, John Woo réalisé des films depuis déjà prés de 10 ans. Il avait réalisés plusieurs comédies, assez rentables certes mais qui ne satisfaisait pas John Woo. Alors qu'il envisager même de mettre un terme a sa carrière, il rencontra un jeune producteur du nom de « Tsui Hark » qui vas le sortir de son marasme. Car Tsui Hark vas le pousser a réalisé « Le Syndicat du Crime » et ce fut un essai couronné de succès !!!

Si le film fut un succès, peu de monde l'auraient devinés car avant 1986, le genre du polar a Hong-Kong n'intéressait pas ou peu les producteurs, qui eux miser sur le valeurs sures qui avaient toujours marchés. Pourtant le pari est payant, considéré comme le remake de Story of a Discharged Prisoner réalisé par Patrick Lung, « Le Syndicat du Crime » vas lancer le polar sur des bons rails. Sung Tze Ho et Mark Gor font tous deux partis de la pègre. Leurs quotidiens est fait d'affaire en tout genres et de règlements de comptes. Sung Tze Ho n'a pas mis sa famille dans la confidence et cela commence a lui peser, jusqu'au jour une affaire tourne mal, Ho part en prison pendant que son frère abattu par les événements devient policiers. A sa sortie de prison, Ho souhaite juste redevenir quelqu'un de bien, rétablir de bonne relation avec son frère mais les affaires le rattrape, ce qui vas devenir gênant pour son frère, pour Mark et sa propre vie ...

A première vue il y a quelques défauts, une histoire que l'on a déjà vu mais qui nous parles suffisamment pour captiver, des chorégraphies pas tout a fait aboutis, quelques transitions brutales et autres coupes un peu sèches mais malgré sa John Woo réussis sont coup. Un premier coup d'essai qu'il confirmera plus tard, John Woo maîtrise son récit et le rythme des événements, une succession de scènes familiales, intimistes pour mieux connaître les personnages et de scènes plus fortes, plus violentes ou chacun règle ses comptes. De ce chaos John Woo explicite les thèmes qui lui sont cher, comme la rédemption, la loyauté et l'honneur ou ses personnages n'hésitent pas a se sacrifier.

L'autre point qui ma fait apprécier ce film, c'est la distribution de ce film vraiment excellente. On trouve Chow Yun-fat, qui malgré son expérience et son vécu n'a pas trop connu les rôles de truand, lui qui est tant habitué a des rôles de séducteur, pourtant si il y en a un qui bouffe la pellicule c'est bien lui, chacune de ces apparitions montre a quel point il est crédible dans son rôle, porté par une amitié et une rage sans limite ; mais celle que je retiens avant tout ces la compositions sublime de Ti Lung, alors que sa carrière stagnait, il trouve un rôle a sa mesure, ou son personnage se remplit d'aisance et de bienveillance pour son frère, une interprétation toute en sobriété pour ce gangster fatigué ; Leslie Cheung se montre tout aussi a l'aise a l'écran, même si les déboires de son personnage m'ont un peu agacé par instant ; Emily Chu est la touche féminine du film, peu présente hélas pour avoir un quelconque intérêt ; Waise Lee quand a lui joue assez bien le truand, sans scrupule et surtout avec peu de morale

Si l'histoire sent le déjà vu, qu'il y a aussi quelques petits défauts, Le Syndicat du Crime éclate de tout son éclat par la pertinence de sa narration, par l'intensité des relations qui unis ses personnages et de par les themes exploités
Une arrivée du polar a Hong-Kong réussis



LE SYNDICAT DU CRIME
Réalisé par John Woo
Sortie en salle le 2 Août 1986 (Hong-Kong) 21 Juillet 1993 (France)

Synopsis :

Ho et Mark sont truands, et Kit, le petit frère de Ho, est flic. Ce dernier ne sait pas que Ho fait partie de la pègre, et quand celui-ci se fait arrêter et que son père est assassiné, c'est un choc pour lui, qui l'empêchera d'avoir la promotion. Quand trois ans plus tard, Ho sort de prison, il retrouve Mark zonant dans un garage, son frère qui ne veut plus entendre parler de lui, et un nouveau chef de la pègre qui veut le faire replonger.

You May Also Like

0 commentaires

Rechercher dans ce blog

@inglouriouscine