François est un jeune professeur de français dans un collège difficile. Il n'hésite pas à affronter Esmeralda, Souleymane, Khoumba ...

Entre les Murs

01:00:00 Inglourious Cinéma 2 Comments


François est un jeune professeur de français dans un collège difficile. Il n'hésite pas à affronter Esmeralda, Souleymane, Khoumba et les autres dans de stimulantes joutes verbales, comme si la langue elle-même était un véritable enjeu. Mais l'apprentissage de la démocratie peut parfois comporter de vrais risques.

Entre les Murs – 24 Septembre 2008 – Réalisé par Laurent Cantet

J'ai très peu d'amour pour ce que le cinéma de mon pays la France produit et cela malgré quelques exceptions. C'est peu dire que lorsque j'ai découvert « Entre les Murs » de Laurent Cantet, je n'étais absolument pas serein, mais la magie avait opéré et j'avais passé un agréable moment. Mais il y a peu, alors que je ne l'avais jamais revu, je me suis une fois de plus posé devant l'écran de ma tv pour redécouvrir un film.

François est professeur dans un collège difficile. Prof de français, professeur principal, il est à l'écoute de ses élèves et n'hésitent pas à les traiter comme des personnes à part entière. Une attitude qui à ses qualités, mais aussi ses défauts et l'atmosphère agitée de sa salle de classe le lui rappelle constamment. Pétri de principes et de certitudes, cet enseignant dévoué voit sa façon d'enseigner discuter, sa vision du collège contestée et cela même quand il essaye de minimiser les actions de l'un de ses élèves turbulents. Pendant un an, il connaîtra au contact de sa classe des moments de joies, de peines et de profondes colères …

C'est lors du festival de cannes 2008, que le film entre « Entre les Murs » ce fait un nom. Il convainc a l'unanimité le jury présidé par Sean Penn et remporte ainsi la plus grande des récompenses, la sacro-sainte palme d'or. Lui assurant alors un beau succès d'estime en salle.

Laurent Cantet réalise ici son quatrième long-métrage et adapte le livre de son acteur principal « Entre les murs ». Ce livre est une fiction sur un professeur de français dans un collège inspiré par la propre expérience de François Begaudeau en tant que professeur de français dans une ZEP. Et c'est ainsi que l'on assiste au quotidien d'une classe, joyeuse, bavarde, curieuse, révolté, insolente et attachante que leur prof de français essaye de guider aussi bien qu'il le peu !

Et très honnêtement dans son ensemble le film se tient plutôt bien et les intentions que le film transmet son louable, tout comme l’abnégation dont semble faire preuve François Begaudeau. Montrer que l'école, la transmission de prof à élève est un parcours du combattant sans fin et que l'institution ne les aides pas, c'est assez pertinent. Tout comme la difficulté qu'il y a pour le corps enseignant à régler les divers différents qu'il peu y avoir avec un élève, sans tomber dans le répressif bête et méchant ni dans le laxisme le plus total.

Sauf qu'en le revoyant, il y a deux choses qui posent problème à mes yeux. Première chose, c'est le positionnement du film qui se retrouve coincé entre la fiction et le pseudo documentaire. Une erreur pour moi, car on perd de vue ce qui est essentiel a savoir le lien entre le prof/élève et les problématiques qu'ils développent ensemble; a défaut de ça, on perd du temps avec des scènes inutiles (les scènes dans la salle des profs, le conseil de discipline) qui éparpillent le propos et cassent le rythme du film. Le second problème, c'est que le casting n'est pas homogène et sur la longueur c'est un vrai problème. Les différents adolescents ne sont pas toujours justes, mais la spontanéité dont ils font preuve rattrape ça sans aucun problème et donne corps a leurs personnages; a contrario des différents adultes qui sont d'ignobles caricatures.

Entre les Murs est un film énergique qui n'est pas dénué d’intérêt, malgré un positionnement bancal et des acteurs en roue libre. Les intentions sont en or, mais certainement pas la palme …



2 commentaires:

  1. La première fois j'avais bien aimé, mais en le revoyant 2-3 ans plus tard, je l'avais trouvait horriblement cliché, bavard, un brin démago et finalement assez mal joué. Comme tu dis en roue libre, ce qui n'est pas toujours bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est pas faux, mais il y a une démarche intéressante et des reflexions qui n'en sont pas moins pertinentes, bien qu'un brin maladroite !

      Supprimer

Rechercher dans ce blog