Un an après avoir surpassé le FBI et acquis l’admiration du grand public grâce à leurs tours exceptionnels, les 4 Cavaliers reviennent ...

Insaisissables 2

00:04:00 Inglourious Cinéma 2 Comments


Un an après avoir surpassé le FBI et acquis l’admiration du grand public grâce à leurs tours exceptionnels, les 4 Cavaliers reviennent ! Pour leur retour sur le devant de la scène, ils vont dénoncer les méthodes peu orthodoxes d’un magnat de la technologie à la tête d’une vaste organisation criminelle. Ils ignorent que cet homme d’affaires, Walter Marbry, a une longueur d’avance sur eux, et les conduit dans un piège : il veut que les magiciens braquent l’un des systèmes informatiques les plus sécurisés du monde. Pour sortir de ce chantage et déjouer les plans de ce syndicat du crime, ils vont devoir élaborer le braquage le plus spectaculaire jamais conçu.

Insaisissables 2 – 27 Juillet 2016 - Réalisé par Jon M. Chu

Bon tout le monde ou presque sait qu'a Hollywood on ne navigue plus qu'entre franchise, tentative de franchise, prequel, sequel, reboot et remake. Une situation assez délicate, car si cela assure des revenus conséquents et surtout sans risque pour les studios, hélas les projets proposant un contenu original se font plus rare ! Et comme ces films échouent régulièrement à rencontrer leur public (Tomorrowland, John Carter), rien ne semble pouvoir empêcher cette industrie de se recycler indéfiniment. Toutefois, il arrive que certaines suites soient judicieusement pensées ou que des remakes apportent une plus-value, ce qui n'est pas le cas de « Insaisissables 2 » …

Les Cavaliers ont acquis une renommé internationale après leur dernier tour à New-York, point d'orgue d'un plan pensé et conçu par l'agent du F.B.I Dylan Rhodes ! Ce qui attire l'attention de « l'Oeil », une organisation secrète qui réunit des magiciens pour combattre les injustices dans le monde. Mais les Cavaliers, ainsi que Dylan ne se sont pas attirés que des amis en s'exposant ainsi et lorsqu'ils doivent mettre à jour les agissements d'un magnat des technologies, ils se font doubler et les masques tombent ! Cette personne dévoile que Dylan Rhodes est le cerveau derrière les événements du premier film et que Jack Wilder présumé mort est bel et bien vivant. Un coup du sort qu'ils n'avaient pas vu venir. C'est ainsi que les Cavaliers se retrouvent à Macao, ou un certain Walter leur ordonne de voler une carte à puce capable de pirater n'importe quel système. Une mission au combien périlleuse, qu'ils réussissent haut-la-main, hélas à partir de là, rien se passera comme prévu.

Comme vous l'avez deviné je n'ai pas aimé « Insaisissables 2 » et honnêtement cela me peine, car j'ai vraiment apprécié le premier volume ! Sans être un chef d’œuvre, le film signé Leterrier racontait une histoire claire, définie et d'une efficacité sans borne. De plus, elle avait l'avantage de clôturer toutes les histoires qu'elle avait commencé sans vendre obligatoirement une suite, mais en laissant juste une porte ouverte (l'Oeil) dans le cas éventuel d'un nouvel opus mettant en scène « Les Cavaliers ».

Donc la logique aurait voulu que « Insaisissables 2 » soit centré sur l'Oeil et sur la place des Cavaliers dans cette organisation, mais il n'en est rien ! Les scénaristes ont fait le choix de faire du surplace et de ne rien proposer de neuf, si ce n'est l'angle « héritage familial » pour le personnage de Rhodes. Après est ce que l'on en sait plus sur l'Oeil ? Non ! Est ce que l'équipe à évolué ? Oui ! Mais pas par choix, l'actrice qui jouait Henley (Isla Fischer) étant enceinte au moment du tournage, elle à été remplacer par Lizzy Caplan dans le rôle de Lula, quant à l'intrigue, c'est un vulgaire resucée du premier à la sauce « Ocean's Twelve » !

Faire de la suite d'Insaisissable un « Heist Movie » (Un film de casse) était en soi une bonne idée, sauf qu'il aurait fallu savoir doser habilement les genres pour ne pas devenir indigeste. On passe ainsi de twist en twist sans aucune cohérence, mais aussi il oublie tout ce qui fait un bon film de casse. Ou sont donc la patience, la préparation et le timing nécessaire à un cambriolage réussit ? Nulle part, c'est rushé à vitesse grand v en mode « on est trop fort tu peux pas test » et pour un fan comme moi de film de casse, c'est inacceptable surtout quand le tout est saupoudré de facilité qui témoigne d'un grand manque d'imagination. Le pire au final, c'est que le film n'est même pas entraînant !Jon M. Chu qui remplace Louis Leterrier n'insuffle aucun rythme ni dynamisme a un récit sans relief et les quelques scènes intéressantes sont soit trop longues ou complètement brouillonnes ! Quant à la fin ? Elle annonce évidemment une suite …

Quant au casting, il est soit agaçant, soit vraiment gênant. On retrouve Jesse Eisenberg qui en fait des tonnes dans le genre je suis taquin et sure de moi; Woody Harrelson lui n'a pas de chance car il hérite d'un frère jumeau au comportement horripilant; Jack Wilder est toujours le sidekick comique de l'équipe; la nouvelle Lizzy Caplan campe un personnage mal écrit et inintéressant car de substitution, qu'hélas elle surjoue tout le temps; enfin Mark Ruffalo gagne un peu en subtilité, mais il reste toujours aussi naïf. Le sympathique Morgan Freeman fait du Morgan Freeman, car tout le monde sait que Morgan Freeman est un monument de gentillesse ; tout le contraire d'un Michael Caine au bord de la crise cardiaque tant il semble super, super énervé ! Mais la palme de l'indigence revient à Daniel « Harry Potter » Radcliffe qui hérite du costume de méchant, un rôle qu'il a joué a mon humble avis avec de la drogue dans le sang. 

Une suite catastrophique qui rate tout ce qu'elle entreprend !

2 commentaires:

  1. C'est vrai que le premier avait le mérite de proposer un récit clair et clôturait le récit. Le deuxième est certes une pâle copie du premier mais j'ai tout de même passé un bon moment. Après il est clairement oubliable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'essentiel de l'apprécier au moins une fois.

      Supprimer

Rechercher dans ce blog