Viago, Deacon, and Vladislav are vampires who are finding that modern life has them struggling with the mundane - like paying rent, kee...

What We Do In The Shadows

00:45:00 Inglourious Cinéma 2 Comments


Viago, Deacon, and Vladislav are vampires who are finding that modern life has them struggling with the mundane - like paying rent, keeping up with the chore wheel, trying to get into nightclubs, and overcoming flatmate conflicts.

What We Do In The Shadows – 30 Octobre 2015 – Réalisé par Taika Waititi et Jemaine Clement

Si je n'ai pour l'instant jamais mis un seul orteil en Nouvelle-Zélande, c'est un pays que j'apprécie ! Pour ses paysages, sa culture, son rugby, Peter Jackson et bien évidemment pour son cinéma. Hélas seuls les gros blockbusters ou les auteurs les plus connus arrivent jusqu'à nos cinémas, cantonnant les autres films au marché de la vidéo. En un sens c'est dommageable car je pense que l'on aimerait tous découvrir les films au cinéma mais malgré ça, ils arrivent a exister et certains se révèlent être de jolies découvertes, comme « The Dead Lands » ou encore celui qui nous intéresse ici, le vampirique « What we do in The Shadow » !

Depuis la nuit des temps, les vampires nourrissent le folklore local de bien des pays, renforçant a bien des égards les légendes les concernant et cultivant ainsi le flou sur leurs prétendues existences. Si bien qu'ils se font très discrets. Ils vivent même en colocation comme dans la ville de Wellington en Nouvelle-Zélande. Et l'on suit dans le cadre d'un documentaire quatre vampires de tout bords, Petyr âgé de 8000 ans, le Nosferatu de la bande qui a initié le tout jeune Deacon maintenant âgé de183 ans; Vladislav, 862 ans, un passé sanguinaire derrière et enfin le dandy du groupe, à peine âgé de 379 ans qui se nomme Viago ! Ils vivent presque comme nous, ils dorment, dînent, font la fête comme les humains et se disputent même comme de simple mortel. Une routine hilarante qui ne sera bouleversé que par l'arrivée impromptu d'un nouveau vampire et d'un humain trop attachant pour pouvoir lui aspirer ne serait ce qu'une seule goutte de sang ...

Plus film que vrai « faux-documentaire », le film co-réalisé par Taika Waititi et Jemaine Clement s'avère être une comédie des plus agréables, surprenantes et réussies ; grâce notamment à son point de vue inédit et moderne ! L'idée du film vient d'un court métrage que les deux amis ont tournés en 2005 sur un faux-documentaire avec des vampires. Mais l'expérience au final bien que réussie fut un brin frustrante car ils sentaient bien le potentiel illimité de leur idée. Et c'est ainsi qu'en 2012, ils tournèrent « What we do in the Shadow » à Wellington, avec un casting d’humoriste de la scène locale Néo-Zélandaise ou l'improvisation a eu toute sa place !

Ceux qui donne toute sa particularité au scénario de Clement et Waititi, car en plus de savoir ou ils veulent aller, ils profitent aussi de cette capacité d'adaptation à sortir du rang tout en gardant le ton voulu. Le film se déroule alors avec un naturel désarmant. On apprend ainsi à connaître les personnages, longuement et avec beaucoup de second degré. Ils se révèlent avoir des failles et des doutes, principalement liés à leurs conditions de vampires. Les réalisateurs traitent cela avec énormément de décalage et d'humour « vampirique ». De ce fait les personnages en deviennent alors bien plus humain et notre attachement pour eux plus clair ! Et le scénario se permet même de glisser entre deux fous rires, un beau message de tolérance et d'ouverture d'esprit !

De plus si on peut parler de « faux-documentaire », le duo Waititi/Clement ne néglige a aucun moment l'aspect technique de leur film. Il y a beau avoir quelques séquences caméra à l'épaule, 90% du temps c'est clairement cadré et découpé. Le montage quant à lui, il a sut faire le tri parmi 125 heures de rush, en ne gardant que l'essentiel et bien évidemment en lui donnant suffisamment de rythme pour éviter que l'on s'endorme. Les gags vont alors chercher comme terrain, le quotidien et les particularités des vampires, comme la peur du soleil, le fait de n'avoir aucun reflet dans une glace, la difficulté a sucer le sang d'un humain sans lui faire peur et sans en mettre partout ou encore sur l'inexorable dépression d'un vampire dans le monde moderne. Oscillant ainsi entre effroi, humour, empathie et gène profonde au cours du quel le casting s'en donne à cœur joie ! Entre Taiki Waititi, Jemaine Clement, Jonathan Brugh, Cori Gonzalez-Macuer ou encore Stu Rutherford, la spontanéité est roi et la croyance en leurs personnages extrêmement fort !

Hilarant! Hilarant! Hilarant! Hilarant! Hilarant!

2 commentaires:

  1. J'ai adoré ce film et je trouve cela dommage qu'il soit sorti en France en e-cinema et non en salles et qu'il ait eu un doublage français avec Nicolas & Bruno qui ont pratiquement fait un détournement du film. C'est impératif de voir le film en VO(ST). D'ailleurs, je suis très contente de voir que tu aies mis le titre original dans ta chronique car pour moi "Vampires en toute intimité" est limite un autre film (et pas une super bonne "traduction", ça donne pas envie de le regarder).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi car j'aurais vraiment aimé le voir en salle. Ceci dit je pense que ce n'est pas une mauvaise idée au final, sauf que le titre est vraiment pourris :/
      D'ailleurs je mets maintenant les titres originaux quand je trouve les traductions françaises vraiment laborieuses.

      Supprimer

Rechercher dans ce blog