Dans un futur proche, une espèce extraterrestre hostile, les Doryphores, ont attaqué la Terre. Sans l’héroïsme de Mazer Rackham, le comm...

La Strategie Ender (Critique DVD)

16:00:00 Inglourious Cinéma 6 Comments


Dans un futur proche, une espèce extraterrestre hostile, les Doryphores, ont attaqué la Terre. Sans l’héroïsme de Mazer Rackham, le commandant de la Flotte Internationale, le combat aurait été perdu. Depuis, le très respecté colonel Graff et les forces militaires terriennes entraînent les meilleurs jeunes esprits pour former des officiers émérites et découvrir dans leurs rangs celui qui pourra contrer la prochaine attaque. 
Une fois de plus, je peux dire merci à Cinetrafic ainsi qu'a Metropolitan Filmexport d'avoir pu me faire découvrir « La Strategie Ender » en DVD, par l'intermédiaire de l'op DVDtrafic. Une opération des plus réussies, qui en est a sa 12 eme édition, le temps passe, la qualité est toujours présente comme les sélections variées et nombreuses, dont les membres de Cinetrafic peuvent être fier. Puis comme dirait l'autre « Fini les branlettes ! Enfilez vos chaussettes ! On s'magne le fion, on s'agite les arpions, debout ! Les belles en cuisse, critique dans cinq minutes et au trot !» D'accord sergent, je me mets au boulot, je vais parler de « La Strategie Ender » de Gavin Hood.

Ce qui un jour devait arriver, arriva … La terre si paisible en apparence, a réveillé un puissant ennemi, les Doryphores, un adversaire qui a failli l'anéantir. Sans le courage d'un pilote légendaire, le talentueux Mazer Rackham, la terre ne serait plus. Conscient de ne pas être a la hauteur, les pays s'unissent, ils mettent en commun leurs forces pour faire face a la prochaine attaque, incluant la formation de jeunes pilotes, plus enclins a mémoriser des tactiques militaires mais aussi plus prompts a s'adapter. De cette masse d'enfants enrôlés, le jeune Andrew Wiggins dit « Ender » va se démarquer et surpasser toutes les attentes de ses instructeurs. De ses capacités va dépendre l'issue de la guerre ….

Première chose, ce film signé Gavin Hood est mieux que son précédent (Ouf!) , ce qui n'est pas non plus rassurant car « La Strategie Ender » est bourrée de défauts. Une fois de plus un roman est passé a la moulinette d'Hollywood, Orson Scott Card auteur de La Strategie Ender ainsi que de la série de roman appeler « Le Cycle d'Ender », a toujours voulu l'adapter et ceci depuis la sortie du premier tome en 85. Il aurait du y réfléchir plus longtemps, car le film ne rend pas justice à son travail, le scénario exclut tout background, peu de « pourquoi » et rien concernant le « comment », ce qui rend le principe d'académie abscons, hors de toute logique. Les rebondissements sont très mal amenés, tandis que les personnages ne bénéficient que très peu de développement, hormis le personnage principal. Si ce n'est un final irrespirable, ainsi qu'une fin ouverte, pleine de surprise, qui remet tout en cause, le film décoit.

Gavin Hood a du mal a clairement digérer le roman, mais il se rattrape avec une mise en scène plus inspirée du moins en parti, les scènes de batailles spatiales sont démentes, dont la fin qui m'a scotché a mon canapé, intenses, bien chorégraphiées et la manipulation des unités par les mains est très bien pensée, sauf qu'a coté on côtoie le banal, le film est assez mou, pas très beau, la salle d’entraînement dans l'espace est esthétiquement très laide, pas mise en valeur et toutes les sessions de dedans sont d'une pauvreté affligeante alors qu'il y avait la place pour faire bien mieux. Pourtant et je ne me l'explique pas, j'ai apprécié le film dans son ensemble, l'histoire d'Ender, arrogant, manipulateur, seul; l'académie spatiale, les tactiques militaires, les combats et la toile de fond, hélas trop peu développée …

Le développement, un joli mot, qui est utile, si on l'utilise … N'est ce pas Gavin Hood ? Le seul qui s'en sort avec les honneurs, c'est le petit Asa Butterfield, un parfait petit cas a part, dont le visage doux contraste avec la colère qu'il déclenche parfois, réussisant ainsi a donner vie a ce personnage torturé. Ensuite ? C'est le néant, ce vieil Harrison Ford n'est pas très concernés Viola Davis ne sert à pas grand chose, Hailee Steinfeild n'est qu'une simple faire valoir et ce pauvre Ben Kingsley semble tout droit sorti d'une mauvaise fête d'Halloween ou elle aurait ingéré trop de drogues.

La Strategie de Hood n'était pas la bonne, trop de simplification tue le récit ... 

A découvrir ici d'autres films de SF, sur Cinétrafic
  ----------------------------------------------------------------------------

Sortie de « LA STRATEGIE ENDER » en DVD/BLU-RAY le 6 Mars 2014

Éditeur : Metro
Édition : Keep Case, PAL, Tous publics
Région : Région 2
Audio : Anglais Dolby Digital 5.1, Audiodescription (pour malvoyants) Dolby Digital 2.0, Français Dolby Digital 5.1
Vidéo Format 16/9 compatible 4/3, Format cinéma respecté 2.40, Format DVD-9, Film en Couleurs

Le DVD: La présentation est belle, les menus intègrent bien l'univers graphique du film, ce qui est agréable à l'usage. Sinon le film en lui-meme bénéficie d'une bonne copie, pas honteuse et bien faites.


Bonus: C'est par contre la bonne surprise, le DVD comporte pas mal de bonus, dont deux commentaires audio, celui de Gavin Hood ainsi que celui des producteurs. A peu près 10 minutes de scènes coupés commentés aussi si vous le voulez. Et pour finir des entretiens avec les acteurs, dont un avec Ben Kingsley qui parle du métier d'acteur.

Sortie de « LA STRATEGIE ENDER » en DVD/BLU-RAY le 6 Mars 2014


Retrouver les autres films du line-up Metropolitan Filmexport sur http://www.metrofilms.com/


-----------------------------------------------------------------------------



6 commentaires:

  1. Les premières 1h30 commençaient bien avec de la subtilité, de la critique anti-militaire, de la violence, de belles scènes de space opera... et puis paf! Comme si c'était pour faire chier, Gavin Hood nous sort invraisemblances et des trucs prévisibles dans la dernière demi-heure, sans compter l'impayable fin ouverte qui va amener... à une série tv parce que le film n'a pas assez marché! Voilà!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fin ouverte, c'est juste une volonté de suivre le livre, vu qu'il a une suite ^^

      Supprimer
    2. Ce qui renvoie à ce que je dis depuis des mois: quand un film n'est pas sûr d'avoir une suite, on ne fait pas de fin ouverte, roman se finissant comme cela ou non. Ils ont voulu faire trop vite en croyant que cela allait marcher, ils se sont fait baiser et là ils enclenchent la touche "série tv" pour garder les droits et pour quoi faire? Certainement pas une suite mais une reprise du film comme avec Clueless. Et cela va servir à quoi? A rien car à la télé ils ont moins de pognon qu'au cinéma, que ce sera probablement sur une network et ce sera chiant à en mourir. Comme d'hab.

      Supprimer
    3. Non mais c'est juste une logique commerciale comme une autre, qui surfe aussi sur toute la vague d'adaptation qu'on subit depuis quelques années.
      Des fois cela marche, des fois pas ...

      Supprimer
  2. Nul ce film, on frôle carrément le navet... 0/4

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, car ça ne vole pas très haut :)

      Supprimer

Rechercher dans ce blog