Deux ans après un James Bond qui eu fort peu de succès, les producteurs se devaient de faire mieux que « Au Service Secret de...

Les Diamants sont Eternels

09:30:00 Inglourious Cinéma 14 Comments


          Deux ans après un James Bond qui eu fort peu de succès, les producteurs se devaient de faire mieux que « Au Service Secret de sa Majesté » le seul opus avec George Lazenby, pourtant il avait tout pour plaire, mais il ne continua pas l'aventure, pour diverses raisons et comme je n'ai pas trouvé a chaque fois plus de deux versions qui concorde je m'abstiendrai de tout jugement. Plusieurs noms ont circulé quand a la succession de Lazenby au casting de ce film, Burt Reynolds mais il était overbooké, Adam West sauf qu'il estimé que Bond devait être britannique il dit non, puis enfin John Gavin qui avait signé, mais quand Sean « James Bond Himself » Connery daigne dire oui contre bon soin et salaire attractif le pauvre Gavin passe a la trappe et Connery rempile pour un sixième James Bond ….

          James Bond a une idée assez personnelles du tour du monde, premièrement il ne le fait pas en 80 jours, ensuite il ne fait pas de tourisme a chaque pays passé, il tue tout simplement, il tue Blofeld a chaque fois qu'il le voie, car cet un vicieux il a des personnes qui sont déguisé en lui, de quoi perdre la tête. C'est dans cet esprit que Bond rentre au pays; il est chargé d'enquête sur de gros vols de diamant, des diamants sud-africains; il suit cette piste qu'il l'emmène en Europe pour y retrouvé une intermédiaire en la personne de Tiffany Case. A Las Vegas, des hommes de main du méchant leur tombe dessus, c'est encore Blofeld qui mène la danse, désemparé devant tant de malice, Bond ne peut que fuir, mais il n'est pas homme a abandonner, son plan vas être mis a jour, les diamants vont servir pour crée un immense laser, si les autorités ne paient pas, des villes disparaîtront …

          Si James Bond aime les femmes, certaine chose dans ce film laisse perplexe ces dans une optique totalement financière que les producteurs rappelle Guy Hamilton pour réalisé ce film, persuadé que la clé est de se rapprocher du film « Goldfinger » mais hélas le scénario ne tient pas la route, on dirait la version béta du scénario de « Meurs un autre jour » néanmoins dans sa conclusion. Le film réunis les « codes » de la saga mais de manière assez lourde, l'humour si fin et acerbes de Bond disparaît pour des vannes moins recherché, les noms des personnages sont grossier, Abondance Delaqueu doit être la cousin de Delta de Fagin, bref cela manque de coffre, quand a l'action, aux poursuites elle ne m'ont pas marqué; quand au casting c'est plus brillant, Sean Connery n'a plus l'oeil vif du début mais incarne un Bond de bonne facture, Blofeld quand a lui joué par Charles Gray a toujours des problèmes personnels, la touche charme est incarné par la rusé Tiffany Case, aussi belle qu'indomptable enfin pas longtemps pour James.

Un james bond quelconque, qui ne fait que le minimum syndical ....



LES DIAMANTS SONT ETERNELS
Réalisé par Guy Hamilton
Sortie en salle le 20 Décembre 1971

James Bond se lance à la recherche d'un trafiquant de diamants, à Amsterdam, et se retrouve face au terrifiant Blofeld. Ce dernier est en passe de finir la construction d'un gigantesque laser d'une puissance terrifiante, à l'aide de tous les diamants qu'il a rassemblés, pour détruire Washington.

14 commentaires:

  1. Un Bond très oubliable...Faire revenir Connery, gros cachet à l'appui n'était pas du tout indispensable. La licence 007 entre, avec ce film, dans une période de "n'importe quoi" dont elle n'est, à mon humble avis, sortie que récemment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez déçu comme toi par ce James Bond, je m'attendais a quelque chose de mieux

      Supprimer
  2. Moi je l'aime bien celui-là. Bien plus fun que tous les Brosnan ou Moore, et même gentillement parodique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus fun ?!? Mouais c'est un bond un peu périmée, a mille lieu de ce qu'il a pus faire Connery

      Supprimer
    2. Pourtant tout est fun dans ce film voire autoparodique. Connery s'y amuse au possible, il n'y a qu'à voir le final d'une connerie ambulante. Et puis cette poursuite dans Las Vegas magnifique.

      Supprimer
    3. Fun mais ridicule, puis si je voir une parodie je regarde austin powers

      Supprimer
  3. Rien à voir pour le coup. Pour Connery c'est surtout un moyen de déconner avec son image. Et puis excellente ouverture et morceau de Shirley Bassey.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ouverture est loin d’être inoubliable, puis sans enlever le talent de Shirley Bassey elle a fait mieux

      Supprimer
  4. Bah pourtant cela donne un aspect suite par rapport au précédant film. Un sens logique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une suite c'est certain, il a le mérite de lancer ceux de Roger Moore, vu que Vivre et laisser mourir et aussi pauvre je trouve

      Supprimer
  5. Vivre et laisser mourir est pourtant un des plus potables de Moore même si ce n'est pas du grand art.

    RépondreSupprimer
  6. C'est le cas de le dire. Après j'ai beau ne pas aimer Moore, certains épisodes sont sympas. Mon préféré étant L'homme au pistolet d'or à cause du merveilleux Christopher Lee.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas encore si je l'aime, je dirais sa quand j'en serais venu a bout de c'est films bond

      Supprimer

Rechercher dans ce blog