Call Me By Your Name

by - mars 14, 2018



CALL ME BY YOUR NAME
de Luca Guadagnino


Alors qu'il est en vacances avec ses parents dans leur domaine familiale en Lombardie, Elio voit arrivé l'un des élèves de son père. Comme chaque année il reçoit l'un de ses étudiants dans le cadre de sa thèse. Et il devient son assistant. Elio lui cède sa chambre, et s'installe dans celle contiguë. Ils ont en commun une salle de bain.

Ce film a passablement divisé les gens qui le voient. Certains qui aiment passionnément cette œuvre voient dans ce film une histoire universelle, d'autres qui l'aiment beaucoup moins parlent d'un cas particulier. Pour moi il y a des deux, et c'est là preuve que le scénario oscarisé d'Ivory et le roman original et éponyme d'Andre Aciman, font un travail intelligent.
Il prennent un cas particulier, presque singulier. Elio est un jeune homme tout ce qu'il y a de plus original. Il ne ressemble à personne. Il parle au moins trois langues couramment. Il est à la fois solitaire et introverti. Tourné essentiellement vers la musique, qu'il retranscrit, qu'il joue, qu'il écoute sous toutes ses formes. Il ne se balade que très rarement sans un livre. Cependant il est le centre d'attraction de toutes les filles de son age qui gravitent dans cette commune, lors de cet été. Ce qui est un portrait atypique pour un adolescent de dix sept ans.
Sa famille est éduquée et cosmopolite. Il est même difficile de savoir où ils vivent . On sait qu'ils passent toutes leurs vacances en Lombardie, mais son père peut être un professeur et un chercheur dans les plus prestigieuses universités. Le fait qu'Oliver viennent à lui, épuisé de son voyage, m'a fait croire qu'il enseignait dans une université aux Etats Unis. Mais leur famille est tellement extraordinaire qu'elle semble pouvoir s'adapter et être à sa place partout. Et toutes les familles ne le sont pas. De même, le père d'Elio, est une personne tant reconnue dans son domaine, qu'on l'appelle lorsqu'une découverte archéologique est faite. C'est une famille rare voire idéalisée.
Ensuite cette histoire est située en 1983.
Les années 80, sont un emblème de liberté dans l'imaginaire collectif. Un moment où tout semblait possible, ce qui s'accorde parfaitement bien avec l'adolescence. La vision de la sexualité, le rapport au corps, et à la nudité étaient différents aussi. C'est une bulle de liberté, qui s'adapte à cette recherche d'identité et à la découverte de la sexualité. Seule la religion semble être une balise que certains veulent porter plus visiblement que d'autres.
Mais c'est cependant vrai que le réalisateur distille une dose d'universalité autant dans sa réalisation, que dans son récit. Voire un jeune homme tomber amoureux, n'est pas
quelque chose originale, ce n'est pas quelque chose d'inédit au cinéma à proprement dit. Mais là Luca Guardagnino le met en image différemment. D'abord en faisant évoluer le physique d'Elio. Lorsqu'on le voit pour la première fois Elio à un aspect très jeune. Il a un coté boudeur qui fait très enfant gâte. Mais au fil du film, son aspect physique se transforme progressivement en celui d'une statue grecque. Cette transformation est appuyée lors d'un diaporama que partage le père avec Oliver. Une facilité de réalisation qui est tout sauf subtile. C'est d'ailleurs un de mes bémols dans ce film. Il y a des moment de légèretés et de pure intelligences. Mais aussi des moments pas fins du tout, je place dans cette catégorie tout ce qui touche aux métaphores avec des fruits. Mais ça ne gâche pas l'écho de cette histoire.
Les mots que prononce le père d'Elio(Michael Stuhlbarg), donnent une ampleur autre au film. D'abord il s'affirme, comme le père qu'on voudrait tous avoir. Puis il cite Montaigne dans ses Essais «parce que c'était lui, parce que c'était moi». Mots, qu'il utilise pour parler de son ami particulier La Boetie. Et par ces seuls mots il met son fils et Oliver, sur un pied d'égalité avec un écrivain du XVIeme siècle qui a traversé les temps. Leurs sentiments s’inscrivent dans la continuité de ce qu'ils ont ressenti. Par ce discours tout en délicatesse sur l'amour est les sentiments qui l’entourent, le père donne à son fils le droit d’être qui il veut être.
Pour donner une forme cette histoire la réalisation met en œuvre plusieurs choses. C'est un travail qui séduit ou pas. 
La manière dont Guadagnino organise l'image à son importance. Par exemple la manière dont l'image semble dés-saturée, rappelant à certains comme au «key maker»de ce blog l'été la chaleur et ses couleurs, et à d'autres comme moi les vieux téléfilms des années 80. quelque soit les raisons pour lesquels il a pris cette décision ça marche avec le récit. Mais ça divise, si ça fonctionne avec certains, d'autres comme moi, avons beau intellectualisé le choix, on trouve que c'est juste pas très beau. Cette colorisation évolue, et n'est plus là à la fin du film ce moment où les sentiments sont clairs.
Ensuite il est temps de parler des couleurs et de leurs accords. Alors ce n'est pas beau d'assortir les couleurs des décors avec les tenus des garçons. Les scènes proches du lac ou tout est vert d'eau les rayures des chemises, la foret sur l'autre rive, même leurs yeux bleus virent au vert d'eau. Ce n'est pas beau. Et
cette manière de tout assortir, pour faire passer un message, c'est récurent. J'ai forcément loupé des choses car l'imagerie sur les vêtements et ses métaphores, est aussi importante que celle des fruits dans ce long métrage. Et j'ai la même remarque à faire à son propos, par moment c'est si lourd que ça m'a fait sourire plus que ça a fait naître une quelconque émotion.
Et c'est à ce moment que l'on parle du rythme du film et de la sensualité qu'il fait naître... ou pas. Soyons franc pour moi ça a été plutôt pas.
Commençons par ce que je trouve être filmé avec délicatesse et maestria, les scènes de sexe. Très souvent, je trouve que ce sont des scènes mal fichues et mal amenées, mais là elles son pleines de délicatesses, filmées avec intelligences, elles sont belles.
Mais toutes les scènes qui sont là pour illustrer un désir naissant et grandissant n'ont eu aucun impact sur mois, elles finissent justes par m'ennuyer profondément. La manière de filmer les corps par exemple cassent le rythme du film.Je trouve que c'est appuyé pour que l'on comprenne bien ce qu'y est en train de se passer. Mais le spectateur comprend bien. Et pour les gens qui ont ce sentiment, le film devient long, très long, trop long.
Cependant malgré tout ça, j'ai eu un vrai plaisir à regarder la dernière demi heure qui est pour moi l'un des points forts du film. Elle et ses acteurs.
Le nommé aux oscars pour son rôle, Timothee Chalamet, m'a impressionnée. Il n'y a rien à lui reprocher. Il a un jeu pure et sans fioriture qui semble aller à l'essentiel ce qui donne une dimension particulière à son personnage. J'avoue avoir été séduite par son jeu, et je peux aisément comprendre qu'une génération se reconnaisse en lui.
Armie Hammer qui interprète Oliver, aurait eu sa place comme «best supporting actor». Si la progression D'Elio et linéaire, c'est l'histoire d'un garçon qui se découvre. Celle d'oliver est plus complexe, plus intérieure, moi ce personnage m'a prise à contre pied à plusieurs moments dans l'histoire. C'est un très beau personnage, plus riche que le personnage principal, et il est porté divinement par le jeu impeccable de Hammer . J'avoue avoir été touchée par sa prestation et ce qu'elle disait de ce personnage.
Puis il y a Michael Stuhlbarg, second rôle dans trois des films phares de la cérémonie des oscars de cette année. Il m'a fait pleurer sur un monologue. Il est l'incarnation de la bienveillance. Son jeu plein de douceur à fait de lui, le personnage qui met des noms sur les choses et les sentiments.


Ce film est pour moi, une source de questionnement. Entre autre, comment un film qui m'a perdue et laissée dubitative pendant au moins une heure, me laisse au final sur une bonne et belle impression. Le talent de ses acteurs, la force du monologue dit par Stuhlbard, un objet cinématographique inégal mais intéressant viennent expliquer ce ressenti. Je ne suis pas, certes, aussi emballée que d'autres, je ne suis pas fascinée, et je ne suis pas sure de le revoir; mais je donnerai sa chance à la suite qui est annoncée. Car il a des atouts auxquels je suis sensible

You May Also Like

0 commentaires

Rechercher dans ce blog

@inglouriouscine