Nous avons toujours su qu'ils reviendraient. La terre est menacée par une catastrophe d’une ampleur inimaginable. Pour la protéger, ...

Independence Day: Resurgence

00:00:00 Inglourious Cinéma 2 Comments


Nous avons toujours su qu'ils reviendraient. La terre est menacée par une catastrophe d’une ampleur inimaginable. Pour la protéger, toutes les nations ont collaboré autour d’un programme de défense colossal exploitant la technologie extraterrestre récupérée. Mais rien ne peut nous préparer à la force de frappe sans précédent des aliens. Seule l'ingéniosité et le courage de quelques hommes et femmes peuvent sauver l’humanité de l'extinction.

Independence Day: Resurgence – 20 Juillet 2016 – Réalisé par Roland Emmerich

Une part de mon amour pour le cinéma vient du premier Independence Day. Oui je sais, c'est un film de Roland Emmerich, un film très souvent détesté par le « vrai » cinéphile, pour reprendre les termes de certains. Je reconnais même que c'est assez paradoxal vu la qualité du film. Cependant il a su à l'époque charmer le gamin fou de divertissements que j'étais. Tout comme il a su éveiller cet intérêt très fort pour l'industrie des effets spéciaux. Et si une suite avait été annoncée quelques années après le premier, j'aurais été comme un fou, mais ça c'était avant …

Il y a 20 ans, la Terre a était attaquée par une flotte de vaisseaux extraterrestres. Un après l'autre ils ont pris positions au-dessus des grandes villes du monde en attendant de pouvoir frapper. L'humanité fut ainsi au bord de l'extinction. Mais c'était sans compter sur l'opiniâtreté de la race humaine a survivre. Et vingt ans plus tard, l'humanité est toujours là ! Elle a grandi, elle a appris et elle s'apprête à commémorer cette catastrophe. Sauf que la menace est toujours là, sourde, implacable et surtout inéluctable. Très vite un nouveau vaisseau arrive sur Terre, immensément grand, qui vient jouer le round n°2. Cependant les hommes se sont organisés, un système de défense planétaire a été crée et ils ont appris de la technologie alien, une humanité mieux armée s’apprête alors à vivre le plus grand de ses combats.

Au final c'est un film qui a autant d’intérêt que 2012, c'est-à-dire aucun ! C'est hélas l'une des manies du réalisateur de saboter certains de ses films en faisant une suite ou un film qui s'en approche, le tout en le voyant encore plus gros. C'était le cas lors de la sortie de « 2012 » qui était un gros délire potache à mille lieues de l'ambiance stressante du film « Le Jour d'Après » et malheureusement il remet cela avec « Independence Day: Resurgence ».

Le postulat de départ est assez efficace, on revient vingt ans plus tard, les humains ont acquis la technologie aliens, l'humanité est en paix. Sauf que la ou ça coince c'est après, avec l'invasion, car si j'apprécie l'aspect « match retour », on ne l’amène pas de la même façon que dans le premier ! Car cela ne peut pas marcher, ce n'est pas crédible et tous les gens présent dans le film passent pour des crétins. Sauf que je ne peux pas les blâmer, parce que Roland Emmerich remake tout simplement « Independence Day » premier du nom ! Alors, bien sur les effets spéciaux sont meilleurs et la technologie permet de voir toujours plus grand, sauf que toute la trame narrative est calquée sur celle du film de 96. On trouve pèle-mèle, des installations humaines perturbés par l'arrivée imminente des aliens, un signal aliens, les populations perdues sur les routes, la contre-attaque ratée et le climax dans le désert (Encore?), mais à cela, il faut aussi rajouter des plans similaires à ceux du premier, ainsi qu'un peu de fan-service qui put l'opportunisme à plein nez !

Hélas à trop compenser un script pantouflard, on perd cette dimension humaine que l'on avait dans le premier. Attention je ne dis pas que les personnages étaient mieux avant, juste qu'Emmerich avait eu l'intelligence de nous les présenter et d'en faire des personnages qui se dépassent devant l'insurmontable, des personnages humains. Ce qu'on ne retrouve pas ici, car ils ne sont que les sympathiques faire valoir des anciens personnages qui vampirisent le récit. Qui trouve la solution au final ? Qui ? L'inoubliable David aka Jeff Goldblum qui devient ici le cheat code le plus cool que l'univers est porté ! Quant au casting, il est assez décevant ! Bon le seul qui m'est sympathique, c'est Judd Hirsch qui retrouve le rôle de Julius Levinson avec beaucoup de simplicité et d'humanité, le seul qui joue juste, c'est dire la catastrophe … 

Une déception cosmique, meme si Roland Emmerich tease une suite qui donne envie.





2 commentaires:

  1. Je crois que j'ai bien fait de passer mon chemin. Je ne vois déjà pas l'intérêt de donner une suite tardive à un film que l'on peut considérer comme un one shot, et encore moins à un nanar délirant et patriotique jusqu'au bout des couilles. Vaut mieux voir le remake de Ghostbusters.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si une suite peut avoir du sens, a condition de le faire pour les bonnes raisons. La c'est opportuniste et d'une fainéantise à toute épreuve.

      Supprimer

Rechercher dans ce blog