L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un r...

Mission Impossible: Rogue Nation

00:00:00 Inglourious Cinéma 8 Comments


L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat. Cette organisation sans scrupules est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat.

Mission Impossible : Rogue Nation – 12 Août 2015 – Réalisé par Christopher McQuarrie

L'année 2015 est une bonne année pour le film d'espionnage, avec pas moins de 4 films d'envergures sortis en salle. Mais seulement deux m’intéressent fortement, le premier sort au mois de Novembre et se nomme « Spectre »; le second quant à lui est sortie depuis plus d'un mois, c'est le cinquième et dernier volet des aventures d'Ethan Hunt, le spectaculaire « Mission Impossible : Rogue Nation. ». Un nouvel épisode signé Christopher McQuarrie (Jack Reacher), dans la droite lignée des précédents et marqué une fois de plus par le changement de réalisateur. Une condition devenue sine qua none a la bonne tenue d'une saga devenue pérenne, si bien qu'a l'heure ou j'en parle, la suite de celui ci et déjà prévue pour 2017.

L'équipe Mission Impossible d'Ethan Hunt est toujours a pied d’œuvre au quatre coins du mondes. Ils obtiennent de bons résultats en général mais parfois la manière n'y est pas et c'est hélas ça qui va amener la fermeture de l'agence Mission Impossible et leur réaffectation a la CIA. Sauf qu'entre temps, Ethan Hunt se fait avoir par le syndicat dans l'un des bureaux de l'IMF à Londres. Emprisonné par un certain Janik Vinter, il ne doit son salut qu'à une agent désavouée du MI6, la talentueuse Ilsa Faust qui l'aide à s'évader. Une fois dehors il apprend que l'IMF a été démantelé et décide contre l'avis de son nouveau supérieur Alan Hunley de continuer seul son enquête sur le syndicat. C'est ainsi que pendant près de 6 mois, Hunt traquera le Syndicat pour prouver son existence et comprendre cette organisation, le tout en échappant constamment aux tentatives de capture de la CIA. Et son enquête prendra un tournant radical lors d'une soirée à l'opéra de Vienne ...


Et que dire au final de constructif, si ce n'est « WHAOU » ! Bon c'est léger je l'admets mais ce fut ma réaction a peu de choses près si tôt l'introduction du film finie. Je me devais de l'admettre Christopher McQuarrie m'avait mis une plus grosse claque que Brad Bird. Une tache qu'il a accompli avec brio, rééditant ainsi une seconde fois ce qu'il a réussit sur « Jack Reacher » a savoir faire un nouveau Mission Impossible tout en y donnant un touche d'originalité bien sentit !

L'intrigue concocté par Drew Pearce et McQuarrie pour ce nouvel opus, tourne autour de la traque du Syndicat. Une traque mondiale ou le réalisateur en profite pour laisser parler son imagination. Au niveau de l'écriture, l'équilibre recherché dans le récit est presque parfaite, les diverses timelines se croisent avec aisance et les rebondissements sont souvent très bien trouvés et si ce n'est la dernière partie que je trouve un peu trop longue à mon goût, c'est une histoire parfaite du début à la fin.

Mais qu'est ce qu'il fait qu'elle meilleure que la précédente ? Et bien cela tient pour ma part en 3 points, Le Syndicat, Ilsa Faust et Mission Impossible 1 ...


Avec l'avènement du « Syndicat » en antagoniste principal, McQuarrie casse l'image du « Ethan Hunt vS le Méchant » habituel et dépeint une organisation terroriste internationale des plus prolifique. Ce qui engendre une autre dynamique, Ethan Hunt ne peut s'en sortir seul, son équipe jadis intouchable ne l'est plus et ils sont sous la menace constante d'un « Syndicat » tout puissant ! Et McQuarrie ne manque pas de la rendre palpable, ils existent sans être vu, ils réussissent leur coup malgré l'opposition de Ethan Hunt et surtout ils représentent la face sombre de nos personnages. Car l'autre attrait du film vient de là, le « Syndicat » est le Némésis de « IMF », le double diabolique et au final peu de choses les séparent, si ce n'est une morale plus ou moins variable.

Le film marque aussi par la création du premier vrai personnage féminin fort et non secondaire d'un film Mission Impossible. Ilsa Faust interprété par Rebecca Ferguson impressionne des sa 1er apparition et se pose en alter ego d'un Ethan Hunt trop souvent isolé émotionnellement. Elle est une espionne comme lui, elle connaît la solitude, l'abnégation et le doute dut a sa profession au combien risqué et elle comme lui trouve enfin « la » personne qui la comprend. Son personnage mystérieux au départ, prend alors progressivement de l'épaisseur et apporte au film une touche de profondeur, ou la mort se confronte a l'envie de vivre et ou l’intérêt général prédomine sur son propre libre-arbitre. Un questionnement que l'on avait pas précédemment et qui dépasse clairement le cadre du film

Mais au final là ou le film m'a vraiment séduit, c'est dans sa puissance à évoquer le film de Brian de Palma. Le réalisateur n'a pas la prétention de faire les mêmes chose que lui mais plutôt a lui répondre, grâce à l'intrigue mais aussi aux travers de séquences qui revisite des passage du premier mission impossible ! [SPOILER] Les similarités que j'ai retrouvé dans l'histoire de Rogue Nation concerne quelques points de l'intrigue seulement. C'est ainsi que l'on retrouve Ethan Hunt désavoué et pourchassé, de plus comme dans le premier on ne le croit pas jusqu'à ce qu'il prouve l'évidence mais surtout McQuarrie le présente comme une réponse a un acte manquée ! A celui de montré l'IMF comme un organisme fort et non souillé par les scandales, une unité retrouvée prouvée en un plan à la fin du film. Ensuite on retrouve « l'esprit » de DePalma dans le derniers acte du film qui joue aussi bien sur une réalisation et un montage très propre, que sur cette ambiance nocturne, feutrée et mystérieuse qui fait écho au premier acte du film de DePalma. Le début est devenue la fin et les gentils ne meurent plus …. [END OF THE SPOILER]


Quant à Christopher McQuarrie il confirme que c'est un réalisateur surprenant. Ne pas tourner pendant douze ans, puis enchaîner un film policier plutôt modeste et un gros blockbuster en 3 ans c'est pas banal mais force est de constater qu'il s'en sort bien ! Sur ce film, il ne cherche pas à tout faire « péter », ni à impressionner à tout prix avec des scènes qui défient … la gravité … enfin façon de parler ! Comme sur son précédent film, McQuarrie ne pense pas seulement en terme «d'action », il pense à la continuité, aux rythmes de chacune de ses scènes d'actions ainsi qu'au transitions entre les séquences. Hormis au début du film qui est un pur shoot d'adrénaline, mêlée a de l'humour et une dose d'absurde, le reste c'est du close-combat sec et brutal menée par Ilsa, un numéro aquatique au Maroc d'une intensité à coupé le souffle suivi d'une poursuite voiture/moto percutante et drôle. C'est bien rythmé, imaginatif, mis en scène avec goût et surtout cela ne manque pas de piquant !

Mais les deux temps forts du film a mon humble avis sont la scène de l'opéra, virtuose ballet d'agent de terrain sur un suspense que n'aurais pas renier DePalma, par exemple les décors sont une part intégrante de la scène, tout comme la musique diégétique utilisée a merveille et qui renforce cette idée de ballet vivant ! Puis comment ne pas parler du dernier acte (un peu long), de nuit, qui combine tout ce que l'on a vu précédemment, jeu de masques, duperie, rebondissements, gunfight, combat à mains nues et poursuites. La gestion de la lumière et la photo de Robert Elswit sont superbes et cela rend a merveille l'aspect ombre et lumière de leur lutte. Puis quel plan iconique à la fin …


Quant au casting, c'est du connu ! Depuis le troisième volet, un noyau dur d'acteur s'est dessiné, un noyau qui s'agrandit progressivement et qui accepte les petits nouveaux avec enthousiasme. L'inusable Tom Cruise est encore là et il arrive une fois de plus à surprendre grâce a une implication de tous les instants ! Son jeu tout en intensité se fond de mieux en mieux dans le personnage d'Ethan et par petites touches il lui donne encore plus de vie. Et le comble c'est qu'il fait profiter ses camarades de sa présence en les mettant en valeur. L'autre ancien de la maison MI, c'est Ving Rhames ! Un charisme, une présence et un talent qui font de Luther l'un des personnages les plus sympathique de toute la saga en plus d’être un atout indéniable pour l'équipe. Puis Simon Pegg se pose avec bonhomie au milieu des deux ou il aura vu son personnage prendre de l'ampleur. Il aura eu progressivement plus de présence à l'écran, avec laquelle il nous aura fait partager une part de sa personnalité en apportant son capital comique si naturel. Jeremy Renner et Alec Baldwin quant à eux complète avec pas mal de dérision le coté « droit » et « moral » du camp des gentils.

Celui qui joue Solomon Lane, c'est Sean Harris et dans son genre il est vraiment bon ! Loin d’être un bad guy caricatural, Lane est un personnage qui croit énormément dans sa mission, dans celle d'établir un ordre « différent ». Et Sean Harris en fait de lui quelqu'un d’ambiguë, de versatile et bien sur d'impitoyable, en jouant tout en retenue, on sent bien la complexité de Solomon Lane. Et pour finir un mot sur Rebecca Ferguson, la révélation du film. Pour tout dire cette année du coté des personnages féminin fort, il y a eu Furiosa et il y a Ilsa Faust et puis c'est tout !!! Cette actrice au talent évident, elle explose littéralement l'écran pour venir apporter un contre poids au charisme de Tom Cruise. Elle a un charme magnétique, une présence indéniable et elle est crédible des qu'il s'agit de castagner ! Tout comme quand il s'agit d'apporter « la » dose d'émotion et de nuances qu'il faut. Et si personne n'est jamais réellement indispensable dans une franchise, j’espère fort la revoir dans le prochain ….

La suite ? C'est pour quand ?



" Affiche par Harjis Grundmanis"

8 commentaires:

  1. Wahou ! le film tient parfaitement dans cette formule en effet. Effectivement, la scène de l'opéra est incontestablement le point d'orgue du film et lorsque tu convoques l'esprit DePalma, on se dit forcément que sir Hitchcock n'est pas loin derrière. Une chose est sûre, je ne connais pas beaucoup de franchises qui s'en sortent si bien au bout du cinquième épisode.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant de le voir les bandes annonces m'avait vraiment scotché mais le film m'a tué tout simplement. J'en ai eu la machoire décollé sur le coup et pour une cinquième fois, la franchise va encore plus haut et ça c'est admirable

      Supprimer
  2. Un cinquième volet épousant le premier et le quatrième volet avec élégance. Ça joue bien, c'est bien fait, la plupart des personnages sont bien écrits (même si je trouve le méchant un peu faiblard), les péripéties sont jouissives... Un de mes blockbusters favoris de cette année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un bel opus qui a su trouver une identité qui lui est propre et je te rejoins sur le fait qu'il soit l'un des meilleurs blockbusters de cette année

      Supprimer
  3. Un excellent 5ème opus servit par un groupe d'acteurs géniaux, des situations rondement mené, une mise en scène efficace, une intrigue palpitante... bref, un très bon divertissement et un bon opus d'une franchise qui dans son ensemble à toujours assez bien fonctionné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord, la franchise mission impossible c'est la garantie d'un bon moment à chaque fois.

      Supprimer
  4. Toujours aucun rapport avec "Mission Impossible", un titre un nom mais le contenu est un ersatz de James Bond... Malgré tout faut avouer que c'est terriblement efficace et bien fait

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez différent quand meme, si ce n'est déja dans la façon de gérer les problèmes, Bond agit toujours seul Ethan moins, cependant je trouve aussi qu'il a beaucoup de Bond dans ce mission impossible

      Supprimer

Rechercher dans ce blog