Le général grec Thémistocle tente de mobiliser toutes les forces de la Grèce pour mener une bataille qui changera à jamais le cours de ...

300: La Naissance d'un Empire

23:13:00 Inglourious Cinéma 6 Comments





Le général grec Thémistocle tente de mobiliser toutes les forces de la Grèce pour mener une bataille qui changera à jamais le cours de la guerre. Il doit désormais affronter les redoutables Perses, emmenés par Xerxès, homme devenu dieu, et Artémise, à la tête de la marine perse…
300 : La naissance d'un Empire – 5 Mars 2014 – Réalisé par Noam Murro

300, premier du nom était l'adaptation du roman graphique de Frank Miller. Un comic-book soigné à l'esthétique travaillé et a l'histoire savamment romancé. L'adaptation du travail de Miller fut brillant, Zack Snyder ne se trompe pas et livre un péplum fantaisiste dont le visuel sublime magnifie les éclairs de violences d'un récit épique. Le film connu un succès mérité et ceci malgré la particularité du projet. Un succès qui permis la mise en chantier d'une suite, au final pas forcément « utile ». C'est ainsi qu'après un périple de 8 ans que cette suite/prequel arrive, avec Sullivan Stappleton, Eva Green et un certain Noam Murro à la réalisation.

Le premier film se finit sur le champ de bataille à Platées. Léonidas et ses 300 sont morts en martyrs, seuls subsistent quelques survivants, comme Dilios. Un rescapé qui avait la charge de raconter l'histoire des 300, de transmettre aux grecs le flambeau de la résistance. Ce nouveau 300 commence bien avant ces événements et la deuxième guerre médique menée par Xerxes 1er. Le papa du futur dieu-roi, le bien nommé Darius attaque la Grèce et débarque avec une forte armée sur les rives de Marathon, pensant soumettre les cités grecques aisément. Sauf qu'il tombe sur une armée qui est en place, prêt a les accueillir. Themistocle la commande et par une ingénieuse tactique, il en sort vainqueur. Une victoire décisive qui devait éloigner pour de bon les Perses de chez eux, sauf que Themistocle tire sur Darius, devant son jeune fils Xerxes. Alors qu'il a assisté impuissant a la mort de son père en Perse due à la blessure infligée par le commandant grec, ses conseillers se déchirent mais l'un des généraux, l'une devrais je dire prend les choses en mains. Artémise, commandant des forces navales Perse va façonner Xerxes pour faire de lui un dieu-roi et commettre ainsi sa vengeance !!! 


10 ans après les Perses, menés par Xerxes sur terre et par Artémise sur les mers, s'engagent dans une longue campagne. C'est ainsi que Xerxes bute sur la résistance farouche des Spartiates aux Thermopyles, pendant qu'Artémise fait face au héros de Marathon, le commandant Thémistocle. Un affrontement titanesque entre les deux meilleurs commandants de leurs camps respectif.

Sans surprise, la suite ne se hisse pas à la hauteur de l'opus précédent et du travail de Zack Snyder. Ce qui est dommage car il y a de l'idée, un scénario intéressant, des batailles spectaculaires mais jamais Noam Murro ne transcende la matière qu'il a dans ses mains. Évidemment je ne jette pas tout car premièrement je ne me suis pas ennuyé, le film de Murro passe très vite et c'est assez dynamique. Ensuite le scénario bien qu'un brin confus et peu surprenant, il a le mérite de proposer un point de vue supplémentaire au conflit. On apprend le contexte, le pourquoi de l'invasion, la création de Xerxes, les rancœurs, les difficultés de la Grèce à s'unir ou encore comment était la relation des spartiates avec les autres cités grecques. Une densification de l'histoire globale de 300 qui n'est pas des plus désagréables, si on prend compte les deux films !

Pour en finir avec ce que je retiens de positif du film, Noam Murro met en scène les deux personnages féminins les plus badass que j'ai pu voir depuis un certain temps, la Reine Gorgo joué par Lena Headey et bien sur l'électrisante Eva Green dans la peau d'Artémise qui est un argument de vente à elle seul ! Eva Green est à la hauteur du rôle, belle, séduisante mais aussi mortelle que du venin. Et au vu de son engagement, on ne peut douter du plaisir qu'elle a du prendre tant elle capte l'attention a l'écran avec une infini facilité. Un compliment que l'on peu adresser aussi à Lena Headey qui apporte une plus-value à chacune de ses courtes apparitions.

Bon j'en ai dis du bien. Je ne verrais donc aucun Spartiates taper chez moi pour avoir une explication ! Toutefois c'est fort peu probable car on est bien loin de leur époque et que je n'ai pas finis avec ce film. Sur le site de micro-critique « Vodkaster », j'ai mis à ce film cette phrase « 300 La Naissance d'une Copie » car pour moi ce n'est que ça ! Un vulgaire update du film de Zack Snyder.

Plus haut dans le texte, je disais du bien de l'histoire, de ce qu'elle apportait au « deux » films ! Sauf que c'est là que le bas blesse car le film n'a pas sa propre histoire. Son statut de film entre deux eaux donne un film « mutant » qui ne lui permet pas d'exister réellement, de prendre ses distances avec les 300 spartiates et surtout de ne pas avoir à coller a l'histoire du premier film.

Car il ne faut pas se leurrer, les grecs sont moins charismatiques que les spartiates, Themistocle n'est pas Leonidas et malgré un antagoniste comme Artémise, on a qu'une envie c'est de revoir 300 !!! Pour retrouver enfin un personnage principal captivant, ce que n'est pas Sullivan Stappleton, ou encore pour frémir devant la beauté ahurissante des plans composés par Snyder, ce qui hélas semble échapper à Noam Murro ! Il reprend bien le style graphique du premier, mais tout est moins beau, moins net ! Les plans sont moins bien composés, on distincte aisément la séparation entre premier plan/second plan et c'est tout de suite beaucoup moins harmonieux. On ne retient ainsi aucun plan, ni aucune scène de quelques sortes et ce n'est pas la réalisation de Murro qui relèvera ça ! C'est « très » brouillon, confus, sans imagination et l'abus de ralentis nuit à la santé de mes petits yeux endoloris par un air de déjà vu un poil agaçant.

Le film se finit sur une bonne note, l'air frais pousse les navires de la grande Sparte. Une armada implacable menée par la reine Gorgo …
C'est sur cette note jubilatoire que le film baisse le rideau. Gorgo est l'arbre qui cache la foret et qui ne doit pas faire oublier la piètre qualité d'un film qui avait tout en main pour faire aussi bien que son prédécesseur …






6 commentaires:

  1. Plutôt efficace, cette suite ! Mais ça ne vaudra jamais le premier de Snyder.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Efficace car cela se regarde mais que c'est vain dans le fond ...

      Supprimer
  2. Vu avec des potes au cinéma, on s'était franchement marrer devant tant de musculatures mouillées, de répliques qui en ont (bon on est moins dans le vulgaire mais on a quand même "tu viens te faire polir le phallus" et "tu te bats mieux que tu ne baise!"). Je parlerais clairement de nanar ici. Mais bon rien d'exceptionnel et pas de quoi s'en souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à rajouter, tu te marres, ça ne vole pas haut et puis c'est tout !

      Supprimer
    2. Tout à fait. Clairement à ne pas prendre au sérieux.

      Supprimer
    3. C'est certains meme si ça m'a laisser quelques regrets

      Supprimer

Rechercher dans ce blog