Astoria est une modeste et paisible cité portuaire de la Côte Ouest. Trop paisible au gré de ses jeunes habitants... "Il ne se pass...

Les Goonies

09:00:00 Inglourious Cinéma 4 Comments


Astoria est une modeste et paisible cité portuaire de la Côte Ouest. Trop paisible au gré de ses jeunes habitants... "Il ne se passe jamais rien ici", soupira un jour l'un d'eux, mélancolique. Mickey Walsh, treize ans, venait de prononcer une de ces phrases fatidiques qui annoncent parfois les aventures les plus étranges, les plus folles et les plus amusantes.

Les Goonies – Richard Donner – 4 Décembre 1985

C'est bien idiot de parfois s’arrêter à un simple titre, car c'est a double tranchant, soit l'intuition sera bonne et vous éviterez de regarder quelque choses qui ne vous plaira pas, soit cela sera une erreur et cette fois ci ce fut le cas me concernant ! C'est ce qui m'est arrivé avec le film « Les Goonies » ! Ce classique du film pour enfant signé Richard Donner, m'était alors inconnu, pourtant cela saute aux yeux que ce film fut fait pour traverser les ages car peut importe quand, le moment ou l'age de la personne, tout le monde se reconnaîtra dans cette bande de copains.

Dans un petit quartier de la charmante ville d'Astoria, se trouve une bande de gamin soudés comme les doigts d'une main, ou les deux si vous voulez. Aussi différents que complémentaires, la fameuse bande « Les Goonies » s'amuse bien, avec une étonnante constance qui épuise les adultes à vitesse grand V, alors qu'eux ce ne sont que 4 adorables garçons, répondant au doux noms de Mickey, Bagou, Choco et Data. Helas cette belle union est menacée par un imposant projet immobilier qui ne va pas simplement raser une maison, mais bel et bien tout leur quartier ! C'est une terrible nouvelle, les parents de chaque enfants cherchent une solution sous le regard de leurs enfants aussi inquiets qu'impuissants et pourtant ils ne se laissent pas miner le moral. Alors qu'ils fouinent dans le grenier de chez Mickey, ils découvrent un peu par hasard, une carte au trésor. Partagés entre émerveillement, crainte et suspicion, ils y voient pourtant l'opportunité d'aider leurs parents ; sauf que rien n'est simple quand les Fratelli, de dangereux malfrats se trouve sur le même chemin qu'eux ….

Les Goonies est un vrai coup de cœur sur le tard, qui se pose comme un fer de lance du fameux studio Amblin ! Et qu'est ce donc Amblin Entertainment ? C'est une société de production qui fut fondée en 1981 par Steven Spielberg, Kathleen Kennedy et Frank Marshall avec la volonté de mener à bien des projets qui leurs tiennent à cœur. On trouve ainsi beaucoup de films réalisé par Steven Spielberg, mais aussi par de jeune talents, comme Joe Dante ou encore un certain Robert Zemeckis sauf que ce qui rend ce studio si particulier, c'est l'aspect familial et universel de ses productions.

C'est donc dans un environnement créatif fécond, dont l'ADN du divertissement est la pierre angulaire que le film émerge. Sur une histoire du géniale Spielberg, avec Chris Columbus au scénario qui trace déjà les contours de ses futurs projets et le réalisateur de Superman, du futur « L'Arme Fatale » le bon Richard Donner.

Un cocktail de nom qui se révèle gagnant, le film ne se ment pas et tient toutes ses promesses, qu'on l'est vu en 1985 ou comme moi en 2014, car le scénario, entre aventure et reflexion sur l'enfance, ne se trompe pas ! Columbus et Spielberg ont une vision de l'enfant qui échappe encore aux gens de nos jours, celle d'un enfant qui entend et qui voit les problèmes ! Ils brisent ainsi cette image rétrograde de l'enfance qui ne serait qu'insouciance . Et surtout celle ou l'enfant n'est qu'une simple pièce dans une cellule familiale lambda. C'est la que se fait la différence car la ou d'autre se seraient contentés d'un simple récit d'aventure, eux amènent le supplément d’âme a l'histoire en faisant de ces enfants non plus les héros de leurs péripéties mais bien les acteurs de leurs propres vies. Les Goonies se débrouillent comme il peuvent, tiraillés entre fougue et impuissance, on sent bien l’ambiguïté de leurs rôles, partagés il est vrai entre envie de bien faire mais aussi de profiter de leurs vies d'enfants. Ce que je comprends et la ou c'est malin c'est que les Goonies sont un groupe, une entité a part entière, qui permet d'explorer par le prisme de ses enfants plusieurs facettes de l'enfant ! Une vision unique de voir l'enfant et son microcosme comme on le voit peu, avec ce qu'il faut de clairvoyance et de justesse.

Les Goonies c'est aussi un superbe film d'aventure ! Une histoire qui fait rêver les enfants, ainsi que celui qui sommeille au confins de l'imagination d'une personne adulte. Une histoire si folle qu'on se laisse guider sans sourciller avec un œil complice et nostalgique a la fois. C'est ainsi qu’après Superman, le désormais célèbre Richard Donner prouve sa capacité a faire une fois de plus dans le grand divertissement. Le récit est rythmé, bien écrit, dont chaque rebondissement fait avancer l'histoire avec audace et malice, ponctuant ici et la de petites références a certains films, par exemple Superman de Donner, d'effroi avec la découverte de Sinok ou encore d'émerveillement avec par exemple la découverte du bateau pirate, fait main et caché par la production pour profiter de l'effet de surprise vis a vis des enfants. Un résultat au combien convaincant, aussi bien visuellement qu'en terme de réalisation, a laquelle on peut ajouter sans sourciller, une magnifique musique et une direction d'acteurs prodigieuse quand on sait que le casting n'est constitué qu'en majorité d'enfant ….



Et voici le casting principal avec tous les enfants, avant et après ... On trouve Josh Brolin, Sean Astin, Corey Feldman, Jonathan Ke Quan, Jeff Cohen, Kerri Green, Martha Plimpton, ainsi que Steven Spielberg et Richard Donner ci-dessous! Un casting avec des jeunes acteurs prometteurs et attachant, certains auront plus de réussite (Brolin, Astin) mais l'alchimie qui s'en dégageait avant, se dégage encore de nos jours. Ne pas oublier les méchants, jouer par les truculents Joe Pantoliano, Anne Ramsey et Robert Davi, puis le petit plus avec l'acteur John Matuszak dans le rôle de Sinok ... 


Un film à voir absolument, culte, indispensable et qui ne vieillit pas.


4 commentaires:

  1. Les goonies représente tout ce que n'est plus le film pour enfants tout du moins familial: de la magie, une implication et surtout ne prenait pas le spectateur pour un imbécile. De plus, la bande fonctionnait totalement et le final dans la caverne était superbe. Perso j'ai une préférence pour Robert Davi. Lui qui a toujours joué les gros durs se retrouve dans une sorte de grosse madeleine! Soulignons également la superbe affiche de Drew Struzan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les goonies représente tout ce que n'est plus le film pour enfants tout du moins familial" C'est tout a fait ça ! Et bordel ça manque ...

      Supprimer
    2. Par contre je ne sais pas si tu en as entendu parler mais Spielberg et Donner auraient en tête une suite avec le casting initial. Pas sûr que ce soit une très grande idée.

      Supprimer
    3. Si j'en ai entendu parler ... Et je suis comme toi, je ne pense pas que ça soit une bonne idée mais c'est toujours mieux que l'idée viennent des papas du premier ...

      Supprimer

Rechercher dans ce blog