Le 28 juin 2005, un commando de quatre Navy Seals prend part à l’opération "Red Wing", qui a pour but de localiser et élimine...

Du Sang et des Larmes

09:30:00 Inglourious Cinéma 10 Comments


Le 28 juin 2005, un commando de quatre Navy Seals prend part à l’opération "Red Wing", qui a pour but de localiser et éliminer le leader taliban Ahmad Shah. Mais rapidement repérés et encerclés, les quatre soldats vont se retrouver pris au piège.
Du Sang et des Larmes, aussi connu aux U.S.A sous un titre aussi simple que très révélateur « Lone Survivor » raconte l'échec d'une opération en Afghanistan. Tiré du livre éponyme écrit par le seul survivant, Marcus Luttrell et réalisé par un shooter de blockbuster en puissance, le père de « Battleship », je parle bien sur du sympathique Peter Berg.

Le livre « Lone Survivor » écrit par Marcus Luttrell raconte sa survie et l’échec de l'opération Red Wings. Cette opération fut menée par l'armée américaine en 2005 contre les talibans de la province de Kounar dans l'est de l'Afghanistan. Le but était simple, une équipe de quatre hommes devait localiser un haut dignitaire taliban Ahmad Shah afin que leurs collègues puissent le capturer, hélas au court de l'opération, les quatre éclaireurs sont repérés par un groupe de berger. Ils débattent sur quoi faire des bergers, pour au final les libérer mais ils préviennent les insurgés et les quatre éclaireurs se retrouvent pris en chasse par près de 200 talibans. L'opération de sauvetage fut un échec et Marcus Luttrell ne doit sa survie qu'a des villageois qui le recueillent pour le soigner.

Une histoire unique que la volonté du réalisateur et ancien soldat Peter Berg ont permis de porter a l'écran ce cuisant échec. Malgré un résultat final plus que poussif, je ne peux que saluer le travail de Berg et son abnégation a rendre hommage a ces militaires, un séjour en Irak au coté d'une unité des SEALS, un mois en compagnie de Luttrell et Battleship avant de pouvoir filmer l'adaptation de « Lone Survivor ».

Cette volonté on la ressent du début à la fin. Dans la façon très didactique de raconter les faits par exemple, un ton a la frontiere du documentaire, un brin clinique mais assez réalistes, il y a aussi l'introduction qui rend hommage au courage des Seals ainsi que l'investissement des acteurs pour avoir l'air de vrais soldats. Toutefois les intentions aussi bonne soient elles ne font pas forcément un bon film, car il faut se l'avouer, on se fait royalement chier devant « Du Sang et des Larmes », on passe près d'une heure sans que rien ne se passe, dans l'attente, dans les coulisses et c'est la qu'il se loupe car on est pas impliqué, on a pas de sympathie pour les personnages … De plus si on sent bien la tension monter et que les fusillades sont aussi bien mises en scènes, l'exagération est de trop, trop de ralentie, trop de roulé boulé incessant avec des mecs qui se relèvent tout le temps, ainsi qu'une morale un tant soi peu bancale …

Par contre, l'un des points forts du film reste incontestablement le casting, un mélange de vrai militaires et d'acteurs confirmés. Eric Bana en impose en Capitaine, Taylor Kitsch ne démérite pas en chef d'équipe et se révèle a son avantage, Emile Hirch tire aussi son épingle du jeu comme Ben Foster et le sympathique Mark Wahlberg dans le rôle de Marcus Luttrell, un quatuor de gros bras, crédible, investi et très complice.

Du Sang, des larmes et de l'ennui ... 


DU SANG ET DES LARMES
Réalisé par Peter Berg
Sortie en salle le 1 Janvier 2014


10 commentaires:

  1. "Du Sang, des larmes et de l'ennui"
    & Mark Wahlberg .................. tout sauf crédible le Marko, pour le reste ça se laisse regarder, vite vu vite oublié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouai enfin ça reste du domaine du possible, mais j'avoue que j'aurais aimer voir un autre à sa place

      Supprimer
  2. Ce qui m'avait fait rire (quoique c'était aussi le cas de mes amis) c'est la dose de patriotisme gerbant qu'il y avait dans la bande-annonce. Entre Heroes de David Bowie qui était déformé, le portrait des soldats ultra sympathiques (ils aiment leur femme, ils aiment l'uniforme, ils aiment leur groupe) et certaines choses en plus (genre le taliban en chef est un "bad guy" comme dans une vulgaire série B), c'était vraiment la grosse rigolade!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le traitement du fait n'est pas très réussis a mon gout, mais ça colle à la réalité ...
      Ensuite Peter Berg est un ancien de la Navy, je ne le voyais donc pas l'ai montrer sous un autre jour.

      Supprimer
    2. Oui enfin ça n'excuse rien non plus. Ce film semble pomper deux films non-patriotiques comme La chute du faucon noir et Zero Dark Thirty. Soit deux belles raclées pour les ricains (pour le second film c'est plus idéologique) au même titre que cette histoire mais vraisemblablement n'est pas Scott ou Bigelow qui veut. En sachant que Peter Berg a l'habitude de copier sur le voisin: sur Very bad thing, il pompe sur Tarantino (soit le copieur qui copie sur le copieur); sur Friday night light il pompe Oliver Stone; sur Hancock il fait un mix des Indestructibles et Incassable; sur Battleship il copie Transformers (soit le toquard qui copie un toquard) et Bienvenue dans la jungle ressemble à plein de films de Schwarzy.

      Supprimer
    3. On est alors tous le copieur de quelqu'un ...

      Supprimer
    4. Chez Peter Berg sa filmo parle pour lui, je renvoie aux exemples cités. Pareil pour un certain QT, je renvoie à certains débats que nous avons eu sur Naveton. Les exemples de copiage sont hallucinants.

      Supprimer
    5. Je n'en parlerais pas, car on ne sera pas d'accord sur le sujet :)

      Supprimer
    6. Je le sais mais cela me tue de voir un tel copieur (parce qu'à force le mot "hommage" paraît clairement abusif) salué par tous ces critiques qui n'ont probablement jamais vu un seul film qu'il copie.

      Supprimer
    7. Revois ta définition de copieur hein .....

      Supprimer

Rechercher dans ce blog