Depuis quelques années le cinéma espagnol brasse bon nombres de films et certains sont de vraies pépites. Mais le plus fort, c&#...

Même la pluie [Tambien la lluvia]

21:47:00 Inglourious Cinéma 0 Comments

          Depuis quelques années le cinéma espagnol brasse bon nombres de films et certains sont de vraies pépites. Mais le plus fort, c'est que peu importe le genre, ils arrivent à faire assez souvent un cinéma engagé, un cinéma fort et qui n'a pas peur de se mettre au pied de ses propres contradictions le tout en triturant les faits récents où tout simplement l'histoire de leurs pays. Avec « Meme la Pluie », le réalisateur nous plonge dans un tournage qui rejoindra progressivement la réalité, avec Luis Tosar et réalisée par Icíar Bollaín.

          Sebastian est un jeune réalisateur talentueux, Costa quand à lui est son producteur et tout deux partent en Bolivie pour faire un film sur Christophe Colomb. Une fois sur place avec leurs nombreux collaborateurs, ils sont confrontés à un contexte social assez agité, les habitants sont payés une misère, l'eau est une denrée rare et leurs aspirations sont en contradictions avec les puissants de leur pays. C'est ainsi que le tournage va devenir le reflet grandiloquent d'une révolte qui gronde pour le simple contrôle de l'eau …

          Une denrée de base, une denrée rare dans un pays qui se construit et qui va servir de prisme pour montrer les difficultés de la Bolivie. Scénarisé par Paul Laverty, collaborateur récurrent de Ken Loach, on voit clairement où sont ses influences et amener le drame social sur un terrain « neuf » est assez judicieux. Le film de Bollain se veut Anti-mondialisation, il laisse toutefois la porte ouverte à ce système, tout en appuyant avec vigueur sur les dérives d'un système qui privilégie beaucoup trop l'argent et qui montre que certains pays se battent encore pour émerger. Le parallèle avec l'histoire et Christophe Colomb rejaillit ainsi avec beaucoup de noirceur et permet de prendre conscience de la dureté des événements en 1492. Une double intrigue que la réalisatrice prend bien le temps de mettre en place, peut être un peu trop au final, sauf qu'elle sait raconter et que l'on ai pris avec facilité dans l'histoire ainsi que par l'émotion qui s'en dégage. Un tournage couleur locale, avec jungle bolivienne qui fait un beau contraste avec la pauvreté de la ville, le film fait la part belle au panorama et privilégie des personnages travaillés. Fort de deux têtes d'affiche talentueuses, l'électrisant Luis Tosar, toujours aussi brillant, Gael Garcia Bernarl le sensible, l'idéaliste est parfait comme réalisateur, son regard perce et décode son environnement avec empathie ; la petite trouvaille, le gars que l'on attendait pas c'est bien Juan Carlos Aduviri, un acteur bolivien stupéfiant, une gueule qui ne ferme pas et l'intensité qui transmet à l'écran est juste fantastique, comme Karra Elejalde où Raul Arévalo ….

Le présent n'est pas si différent du passé et les combats sont toujours les mêmes, un film avec un fond indéniable et une franchise salvatrice.

MEME LA PLUIE
[TAMBIEN LA LLUVIA]
Réalisé par Iciar Bollain
Sortie en salle le 5 Janvier 2011

Sebastian, jeune réalisateur passionné et son producteur arrivent dans le décor somptueux des montagnes boliviennes pour entamer le tournage d'un film. Les budgets de production sont serrés et Costa, le producteur, se félicite de pouvoir employer des comédiens et des figurants locaux à moindre coût. Mais bientôt le tournage est interrompu par la révolte menée par l'un des principaux figurants contre le pouvoir en place qui souhaite privatiser l'accès à l'eau courante. Costa et Sebastian se trouvent malgré eux emportés dans cette lutte pour la survie d'un peuple démuni. Ils devront choisir entre soutenir la cause de la population et la poursuite de leur propre entreprise sur laquelle ils ont tout misé. Ce combat pour la justice va bouleverser leur existence.

0 commentaires:

Rechercher dans ce blog