Harry Dalton, volcanologue qui, à la suite de la mort de sa compagne, avait renoncé à ses recherches, renoue avec ses anciens collègues...

Le Pic de Dante

14:32:00 Inglourious Cinéma 4 Comments


Harry Dalton, volcanologue qui, à la suite de la mort de sa compagne, avait renoncé à ses recherches, renoue avec ses anciens collègues de l'United States Geological Survey de Vancouver. Le pic de Dante, volcan endormi dans l'Etat de Washington, présente des manifestations sismiques de faible amplitude. Harry est alors depeché sur les lieux. Il est vite alerté par diverses manifestations telluriques et en avertit le conseil municipal de la petite ville touristique située au pied du volcan.

Le Pic de Dante – 2 Avril 1997 – Réalisé par Roger Donaldson

Les doublons à Hollywood cela m'a toujours fait rire ! Par exemple prenez une catastrophe d'une ampleur démesurée, au choix un volcan ou un astéroïde, ensuite l'approche qu'il convient avec de l'émotion ou beaucoup d'explosions, laissez mijoter et sortez le tout à quelques mois d'écarts. C'est la recette qui nous aura donné en 1997 l'urbain « Volcano » et le rural « Pic de Dante » pour un résultat dans les deux cas sans grande surprise. Une recette qui sera répété à l'identique; l'année d'après avec « Deep Impact » et « Armageddon ».

Harry Dalton est un volcanologue expérimenté ! Talentueux et intuitif, il sent les choses qui vont arriver mais hélas depuis le drame qui l'a frappé en Colombie, la perte douloureuse de sa femme, il laisse tomber les recherches sur le terrain. Quelques années plus tard alors qu'il est employé par l'USGS ( l'United States Geological Survey), il est envoyé pour surveiller avec une équipe le « Pic de Dante » ! Ce volcan prétendu éteint attisent les curiosités et ils restent un certains temps pour faire plusieurs relevés. Mais le maire de la ville située au pied du volcan, madame Rachel Wando ne voit pas cela d'un bon œil car des investisseurs sont là, prêt a mettre de l'argent dans des projets immobiliers et la présence des gens de l'USGS pourrait les effrayer. Alors que les indices s'accumulent, que les incidents se multiplient, l'évacuation de la ville est décrétée … Sauf qu'il est déjà trop tard !

Au final le résultat n'est pas désagréable sauf que le tout tient du téléfilm de seconde zone que l'on trouve toute l'année sur TF1 ou M6 avec ici un volcan en plus. Du début à la fin on suit un chemin tranquillement balisé, avec des archétypes bien définis et une fin au combien prévisible.

Mais là ou cela se démarque de « Volcano » c'est que Roger Donaldson raconte une histoire ! Cela ne vole pas haut mais on à le temps de connaître les personnages, de saisir la situation (Mont St Hélène bis) et aussi d'apprécier le spectacle proposer dans les 50 dernières minutes. Un habile mélange de prises de vue réelles et de maquettes, notamment une reconstitution du « Pic de Dante » ou le tout, habilement monté impressionne par son intensité. Donaldson gère alors ce dernier acte de la meilleure des manières malgré quelques poncifs, ou deux climax spectaculaires rythme la fin de ce film.

Quant au casting, il est d'une grande qualité et tient en partie sur ces deux têtes d'affiches. D'un coté on trouve Linda Hamilton dans le rôle de Rachel Wando et de l'autre Pierce Brosnan dans celui de Harry Dalton. Tous les deux donnent à leurs personnages beaucoup de consistance, de tenue et de crédibilité, on croit littéralement a ce qu'ils nous disent ! De plus une bonne alchimie transparaît entre les deux acteurs, ce qui est un plus indéniable si l'on veut s'attacher à eux.


Si le film n'atteint pas des sommets, il reste un film honnête et porté par deux acteurs de talents !




4 commentaires:

  1. Un film honnête en effet faisant le travail sans toutefois être exceptionnel. Certains cgi ont même quelque peu vieillis. Toujours mieux que le délirant Volcano.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il ne l'est pas exceptionnel, d'ou mon allusion au "tv film tf1" mais cela ne pete pas plus haut que son "cul" et c'est largement suffisant pour faire mieux que l'autre connerie de Volcano

      Supprimer
    2. C'est le cas de le dire. Qu'est-ce que j'avais ri devant Volcano. Le flic raciste je crois que c'était le meilleur passage nanar du film.

      Supprimer
    3. Oui Volcano je te donne des leçons d'humanisme et de tolérance ...
      Quelle blague ...

      Supprimer

Rechercher dans ce blog